Nappes d’eau souterraine du massif volcanique du Devès

Sur les bassins versants des deux principaux cours d’eau qui traversent la Haute-Loire, la Loire et l’Allier, les Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) visent
la conciliation des usages de l’eau et la préservation des milieux aquatiques. Protéger la ressource en eau en quantité et en qualité est une des préoccupations majeures de ces démarches.

Une particularité du territoire altiligérien est la présence d’aquifères conséquents dans les coulées volcaniques du Devès et du Velay. Ces ressources en eau sont primordiales pour une grande partie de la population de Haute-Loire. À titre d’exemple, plus de 100 000 habitants sont desservis en eau potable à partir du massif volcanique du Devès. Mais elles présentent une très grande vulnérabilité liée notamment à la forte perméabilité des roches superficielles, et une méconnaissance de leur fonctionnement.

Le SDAGE Loire-Bretagne a identifié les coulées volcaniques du Devès et du Velay comme un ensemble de nappes à réserver dans le futur pour l’alimentation en eau potable (NAEP). Les Commissions locales de l’eau (CLE) des SAGE Haut-
Allier et Loire amont œuvrent depuis 3 ans pour mieux comprendre le fonctionnement et la vulnérabilité des réservoirs d’eau souterraine du Devès.

En préalable : synthèse des connaissances et construction d’une méthodologie d’évaluation des eaux du Devès (2018 – 2019)

Un travail de synthèse et de recoupement des connaissances existantes dans les différentes disciplines concernées (géologie, hydrologie, pluviométrie…) a été piloté par une commission inter-SAGE avec l’appui d’un groupe technique et l’accueil d’un stagiaire pendant une durée de 6 mois. L’avancement fin 2019 du travail d’amélioration de la connaissance des aquifères du Devès est disponible en téléchargement.

La construction d’une méthodologie permettant de connaître le fonctionnement et la vulnérabilité des aquifères du Devès a été réalisé par le bureau d’étude Hydriad en 2019. Parallèlement à cette phase, le prestataire a analysé la satisfaction des besoins globaux actuels en eau (eau potable, industrie, agriculture – élevage et irrigation…) et les besoins futurs.

En téléchargement : CCTP, rapport final de l’étude préliminaire, atlas cartographiquerapport de stage 2017

2020 – 2023 : Lancement de campagnes d’investigations sur 4 années consécutives

A l’issu du travail préalable d’une année, les membres de la Commission inter SAGE ont validé le principe de poursuivre des investigations sur la masse d’eau qui permettront d’établir les bilans entrée-sortie de chaque secteur, d’évaluer le potentiel d’exploitation des ressources et de mettre en place une gestion de celles-ci.

Construction de l’étude : la méthodologie proposée par le prestataire Hydriad a été affinée par un groupe d’expert (ARS, syndicats d’eau, services de l’Etat, AELB, département…) puis discutée et validée par les deux CLE des SAGE Loire amont et Haut-Allier. Un marché public a été lancé et l’étude sera mis en œuvre dès la finalisation du plan de financement.

La page internet sera régulièrement mise à jour avec les informations du projet.

Sensibilisation du public à la ressource en eau du Devès

Afin d’informer le public de la présence de la ressource souterraine de Devès et de sa vulnérabilité, un court métrage de sensibilisation a été réalisé en 2018. Ce film, projeté lors des 3 réunions, présente le contexte et la localisation géographique, les utilisations actuelles de l’eau souterraine du Devès et sa vulnérabilité. 

A l’issue de la projection, un débat avec la salle a été proposé. Parmi les sujets récurrents, la représentativité des citoyens au sein des Commissions Locales de l’Eau (CLE = parlement local de l’eau) a été abordée. Les économies d’eau pouvant être réalisées dans les usages quotidiens (utilisation de l’eau de pluie pour les toilettes, toilettes sèches, brise jet…) et également dans les activités économiques ont longuement été discutées. D’autres questionnements ont porté sur la qualité de la ressource en eau (norme de potabilité vis-à-vis de certains paramètres chimiques, présence de produits phytosanitaires…) et sur les forages.

Constatant que des forages se sont récemment multipliés pour la consommation d’eau et la géothermie, les membres de la commission inter-SAGE ont également souhaité sensibiliser au risque pour la ressource en eau que présente la réalisation d’un forage, si elle ne suit pas des règles et des techniques appropriées. En effet, les forages constituent des zones potentielles de pollution des eaux souterraines, et peuvent favoriser des échanges d’eau entre nappes.

Un guide méthodologique a été réalisé, en partenariat avec de nombreux acteurs, et notamment la Direction Départementale des Territoires de Haute-Loire. Il détaille les préconisations techniques et réglementaires à suivre pour accompagner la création, le fonctionnement et l’abandon d’un forage.